Le premier Plastic Club du football ?

 

 

Les figurines Tonka n’ont duré qu’un an, et cumulent les faits contradictoires d’avoir été à la fois quasiment oubliées de tous et de réapparaître très régulièrement sur les marchés ou les vide-greniers.

Par Arnaud d’Armagnac. Who the Fuck!!?

A une époque où internet n’existait pas et où le fantasme du foot se forgeait surtout sur les images Canal + (L’Equipe du dimanche notamment), c’était très cool de voir des stars du championnat comme Safet Susic ou Glenn Hoddle immortalisées en plastique. Si on avait de la chance, on pouvait tomber sur un arrivage un peu plus conséquent que la base locale et intercepter un joueur étranger comme Marco Van Basten, Diego Maradona ou Gary Lineker.

 

pour bien comprendre la blague, ce bon vieux Tommy Docherty a coaché 15 équipes en 27 ans

 

Ces trucs étaient produits par Kenner, à qui on devait à l’époque les jouets Ghostbusters, Mask ou cet arbre magique à la con. Ils étaient aussi très connus pour avoir créé les produits dérivés de Star Wars. Mais bizarrement, ils sont référencés « Tonka » parce que la marque possédait Kenner à l’époque.

Ces figurines ont servi de tremplin pour les plus répandues Prostars de Corinthians, quelques années plus tard. Ces mini-joueurs avec de grosses têtes étaient plus facilement trouvables, mais la raison principale était que le foot avait pris une dimension mercantile bien supérieure.

 

 

 

La série s’appelait Sportstars en Angleterre, Allemagne et France, mais Forza Campioni en Italie. Des mecs ont dû réfléchir à ça, et ça a dû leur paraître être la chose à faire.

Les têtes des joueurs étaient parfois quelconques, avec une ressemblance au vrai joueur qui devait beaucoup à l’imagination. Mais les détails étaient plutôt fins, comme l’écusson des clubs ou le sponsor sur le short. Ça sentait assez la qualité pour que ce soit cool, quoi. Par contre, c’était dur de savoir ce qu’on était censés faire avec ces figurines. Tu pouvais bouger les bras du joueur, ou plutôt les faire légèrement pivoter, tu pouvais faire tourner le buste, mais comme il était lié à son socle, peut être était-il juste destiné à être exposé sur une étagère… On ne pouvait pas vraiment jouer avec. Peut-être aussi que cette éternelle ambiguité les a rendus plus cools que s’ils avaient été de vrais jouets.

 

 

Ces figurines Tonka n’ont été produites que pendant une saison, 1989-1990. Bordeaux, après 6 saisons dans les 3 premières places et 3 titres de champions, finit la saison 1988-1989 à la 13e place. C’est l’anomalie du règne de Claude Bez. Clive Allen, Eric Cantona et Enzo Scifo n’ont pas le rendement espéré. Bref, la saison où sortent ces figurines, c’est le passage de témoin des générations et les historiques partent. Ferreri, Jesper Olsen, Allofs arrivent et Bordeaux retrouve son rang en finissant 2e. Il y a 4 figurines des girondins : Jean-Christophe Thouvenel, Jean-Marc Ferreri, Klaus Allofs et Patrick Battiston. C’est une nouvelle époque. Alain Roche et Jean Tigana notamment sont disponibles, mais avec le maillot de Marseille. C’est blessant pour les collectionneurs bordelais. Ca a peut être joué sur la ferveur locale pour ces figurines, aussi.

(*) les « Plastic Clubs » sont le nom que donnent les allemands aux clubs sans histoire, surgis de nulle part grâce à l’argent d’un gros industriel (Leipzig, Leverkusen, Wolfsburg)