À PROPOS

« On peut changer de femme, on peut changer de religion, mais on ne peut pas changer l’équipe de football qu’on supporte », disait Eric Cantona.

Non ce n’est pas un « AUTRE » site sur le foot. Le foot est une culture populaire comme une autre. Et les Girondins font autant partie du patrimoine et de l’Histoire de la ville que Chaban Delmas ou Noir Désir. Ils sont plus anciens que trois des quatre ponts de Bordeaux et plus vieux que le quartier Mériadeck tout entier. Nous les traiterons donc de cette façon.

À l’heure de la franchisation un peu nase du football où tout le monde semble fan du PSG, même en habitant à Saint-Brieuc ou Schiltigheim, l’idée même du supporter semble en danger. Cet effet de mode a créé un football de cathédrales où les petites chapelles ne sont que des faire-valoirs, des dates anonymes dans une saison.

ILYRW veut remettre en avant le côté unique des Girondins. Parce que Bordeaux, ce n’est pas Paris, ce n’est pas Marseille, ce n’est pas plus le Bayern, le Celtic Glasgow ou Malmö. On a aussi voulu remettre en avant une forme de romantisme. Nous, on est supporters des Girondins. On s’est levés sur les dribbles chaloupés de Zidane, les fulgurances de Gourcuff, les transversales de Witschge et les tacles de Didier Sénac. On est même allés jusqu’à apprécier les homeruns de Darcheville qui finissaient sur les boulevards, ou le marquage élastique de Bruno Basto.

Plus d’un siècle de trucs à raconter. Soyons en fiers, les kids.