Sylvain HAVEC

Illustrateur

Auteur de tous les dessins de notre site ILYRW

Supporter des girondins depuis 1990

 

 

« La forme de la rubrique me va bien, parce que je n’ai pas de souvenir d’action ou de but, j’ai plus des souvenirs affectifs par rapport aux girondins. Je me souviens des défaites où tu as passé deux heures sous la flotte, les espèces de faux matchs de merde horribles. Je me souviens presque plus des fous rires quand Darcheville tirait à 15 mètres au dessus que des jolis buts, en fait. Il y a un truc masochiste. Quand il y avait Zidane à Bordeaux, j’ai tendance à me souvenir plus de Dugarry qui courait un match sur douze, avec son écarteur de narines là. Et même, je préférais Darcheville à Dugarry. Il avait envie de jouer quoi, ça se voyait. Comme le gitan de Lyon là … Tony Vairelles. »

« J’avais un carton plein d’écharpes, ma mère a tout balancé. »

« J’allais voir les matchs avec mon frangin à une époque, et t’avais un pote à lui qui était vachement plus vieux que nous, genre 45 piges, et le mec était abonné. Il était là à tous les matchs. Et il faisait systématiquement la même chose : il regardait 10 minutes, il râlait : « mais bordel, c’est vraiment des gros cons, ça joue pas » etc. Et chaque fois, il se barrait et il allait à la baraque à frites derrière les gradins et il matait le match là, sur la petite télé avec les mecs. Il était abonné, c’était dingue. »

 

Sans tricher, la trouvaille old school de Sylvain sur le marché juste avant l’interview

 

« Le truc cool, c’est quand j’étais en primaire, j’avais un pote qui avait sa baraque collé au stade, et du coup, gamins, on escaladait le mur du jardin et on allait se balader dans le stade la nuit. On faisait gaffe aux vigiles qui surveillaient le truc de loin. C’était hyper cool. C’était d’ailleurs avec lui que j’étais allé pour la première fois à Lescure. Ça m’avait marqué, c’était pour un Bordeaux-Nantes. J’ai oublié l’équipe, mais je me souviens bien des supporters qui chantaient « cui cui cui les canaris sont cuits ». C’est drôle parce que c’était mon premier match à Lescure, et le dernier match de l’Histoire dans ce stade, c’était aussi un Bordeaux-Nantes. La boucle. »